Vous êtes ici : > Accueil > Compte pénibilité. Il est temps de couper les sifflets indignes, indécents et insupportables

Compte pénibilité. Il est temps de couper les sifflets indignes, indécents et insupportables

06/12/2014 11:23 par Laurent MAUPETIT

Le compte pénibilité cristallise les sifflets des représentants des employeurs. Bien que rassurée par les propos tenus par Marisol Touraine hier, la Fnath tient à rappeler son attachement à ce dispositif. Il est temps maintenant de couper ces sifflets. La loi s'applique à tous !

Malgré des imperfections, le compte pénibilité constitue une avancée sociale, une des rares adoptées ces dernières années. Il repose sur le constat simple que les conditions de travail pénibles entraînent des décès ou des handicaps prématurés. Il s'agit donc d'octroyer des droits pour limiter l'impact de la pénibilité au travail et prolonger l'espérance de vie en bonne santé.

Il est maintenant temps de couper les sifflets des employeurs, d'autant plus qu'ils sont indignes, indécents et insupportables.

Indignes, car il n'appartient pas aux représentants des employeurs de remettre en cause le contenu d'une loi adoptée par des parlementaires élus au suffrage universel.

Indécents, parce que les représentants des employeurs semblent oublier les conséquences humaines de la pénibilité au travail. A croire qu’il ne s’agit que de formalités administratives et juridiques et non d’éviter que des vies soient cassées, mutilées ou usées. De plus, à aucun moment ils ne font de propositions concrètes pour réduire l'exposition à des facteurs de pénibilité. Il est vrai qu'ils ont tout fait pour prolonger pendant des années les négociations sur ce sujet avec les organisations syndicales, bloquant toute avancée.

Insupportables, car dans le même temps les employeurs se mobilisent pour simplifier la procédure des licenciements pour inaptitude, qui connaissent une croissance exponentielle et pour durcir les conditions de reconnaissance des maladies professionnelles.

La FNATH invite le gouvernement à résister à ces sifflets, à « couper le sifflet » d'autant plus qu'il a déjà cédé en décalant l'entrée en vigueur de la pénibilité au travail pour six des 10 critères.


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org